Les Dircab de Fatshi touchent plus que Macron!

Histoire révoltante des simples dircab et dircab adjoints d’un des pays les plus pauvres de la terre, dont la très large majorité vit dans une misère noire avec un PIB/hab annuel en recul à 495 USD, qui ont rémunérations supérieures à celle du Chef de l’Etat d’une grande puissance, l’un des pays les plus riches du monde qui affiche un PIB/hab annuel de plus de 42.000 USD…

En mai dernier, la révélation d’une lettre de Jeanine Mabunda, présidente de l’Assemblée nationale, adressée au vice-Premier ministre et ministre du Budget sollicitant un réajustement des émoluments des députés nationaux avait suscité un remue-ménage sans pareil dans la classe politique et une forte charge émotive au sein de la population. Curieusement, l’UDPS, parti membre de la colaition gouvernementale, n’a pas raté cette occasion pour crier haro sur le baudet, fidèle à une politique de désacralisation des autres institutions de la République en présentant les élus nationaux comme des banals bouffeurs égoïstes de la richesse nationale.

Or, depuis mardi, une lettre de Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, datée du 27 novembre 2019 et adressée au même VPM en charge du Budget révèle la grille barémique des membres de cabinet du Président de la République. En réclamant juste quelques pauvres 2.000 USD pour porter leur salaire à 6.000 USD, les députés apparaissent comme des enfants de cœur!
«Scandaleux! Honteux! Renversant!». Sur la place Golgotha, devant le ministère de la Fonction publique ce jeudi 16 juillet, les fonctionnaires ne manquent pas de mot pour qualifier la révélation des salaires des membres du cabinet du Chef de l’Etat.

On la croyait finie, mais la bataille pièce contre pièce sur les salaires des dirigeants du pays est relancée de plus belle. Cette fois-ci, c’est la présidence qui est dans le box des accusés. Après avoir conspué les députés coupables d’avoir réclamé le réajustement de leurs rémunérations, c’est l’institution suprême du pays qui est clouée au pilori. Une lettre du Dircab du Chef de l’Etat du 27 novembre transmet à Baudouin Mayo Mambeke bi Kang «le projet de grille barémique» du personnel du cabinet du Président de la République.

Confiscation des ressources par une clique

L’opinion se rappellera que, lors de son jugement en chambre foraine à Makala CPRK, Kamerhe s’était vanté d’avoir multiplié par trois les salaires des collaborateurs du Président. Eh bien, les chiffres sont là. A commencer par lui-même, le Dircab, catapulté au rang de vice-Premier ministre, qui s’octroie un salaire de 34.985.288 francs, soit l’équivalent de 21.075 USD au taux de change bancaire du jour. Les quatre Dircab adjoints, qui ont rang de ministres d’Etat, perçoivent chacun 32.287.963 francs, soit 19.451 USD. Ces cinq-là touchent ainsi chacun plus qu’Emmanuel Marcon, Président de l’une des plus grandes puissances du monde, la France, et dont le salaire n’est que de 15.200 euros, soit 17.312 USD! Question: comment des simples dircab et dircab adjoints d’un des pays les plus pauvres de la terre, dont la très large majorité vit dans une misère noire avec un PIB/hab annuel en recul à 495 USD, peuvent avoir des salaires supérieurs à celui du Chef de l’Etat d’une grande puissance, l’un des pays les plus riches du monde qui affiche un PIB/hab annuel de plus de 42.000 USD?

«C’est un pillage légalisé et insolent des richesses de la nation par une petite clique, une confiscation des ressources du pays par une caste d’oligarques prédateurs n’ayant aucun souci du bien-être du peuple», soupire, déçu un analyste de la scène politique nationale.

Des chiffres à donner le vertige
Viennent ensuite les membres du cabinet répertoriés à la catégorie A: les conseillers spéciaux, le haut représentant, les envoyés spéciaux, le conseiller privé, le chef de la maison civile, le conseiller militaire, les coordonnateurs des cellules et agences, le directeur du bureau de l’épouse du Chef de l’Etat… tous ont une rémunération de l’ordre de 28.181.091 francs, soit 16.977 USD. Un cran en dessous, il y a l’armée des conseillers principaux, assistants principaux, chef du protocole, directeur de la communication, directeur de la presse, ambassadeur itinérant, coordonnateur de la sécurité, représentant personnel, intendant, directeur adjoint du bureau de l’épouse du Chef de l’Etat, assistant personnel, assistante financière du Chef de l’Etat, coordonnateur administratif, secrétaire particulier, Secrétaire général auprès du Chef de l’Etat, porte-parole, médecin personnel… avec chacun un salaire de 27.440.692 francs, soit 16.531 USD.
Les chiffres donnent du vertige! «Avec de tels salaires, pourquoi avoir fait tant de bruit sur les modiques revenus des députés?», interroge un vendeur des journaux devant le Palais du peuple. Avant de renchérir: «Le peuple d’abord n’était, au final, qu’un slogan vide de sens pour nous duper». Alors que le gouvernement que dirige le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba compte 67 membres, y compris le chef du gouvernement, dont 5 vice-Premiers ministres, 10 ministres d’Etat, 31 ministres, 3 ministres délégués et 17 vice-ministres, selon le comptage réalisé par notre confrère Deskeco, comptage revu et corrigé par notre rédaction, au regard des listes des membres du cabinet du Président de la République, 178 personnes du cabinet de Félix Tshisekedi ont rang de membres du gouvernement dont: 1 vice-Premier ministre -directeur de cabinet du Chef de l’Etat-; 4 ministres d’Etat -les 4 Directeurs de cabinet adjoints du Chef de l’Etat-; 21 ministres -les 9 conseillers spéciaux, les 4 envoyés spéciaux, 1 haut représentant, 1 conseiller privé, 1 chef de la maison civile, 1 chef de la maison militaire, 3 coordonnateurs de services spécialisés et 1 directeur du bureau du conjoint du chef de l’Etat; 56 ministres délégués -les 17 conseillers principaux, 7 chargés de mission, 4 assistants personnels, 3 représentants personnels, 4 ambassadeurs itinérants, 4 coordonnateurs adjoints de services spécialisés, etc.-, 96 vice-ministres -85 conseillers, 2 directeurs adjoints de la presse, 2 directeurs adjoint de communication, etc. Voilà pourquoi le budget des rémunérations de la présidence affiche toujours un dépassement -166% à la mi-mars, 161,42% mi-juin-, provoquant le recours à la planche à billet qui, à son tour, entraîne la hausse du dollar sur le marché.

Budget: un recul de 12 ans
Si le peuple était d’attendre plus de justice sociale d’un Président issu de l’Opposition, il doit se rendre à l’évidence: au moment où un lieutenant-général trois étoiles ne touche que 255.000 francs, soit 126 USD, et qu’un huissier de l’administration publique n’a droit qu’à à peine 65 USD, un simple photographe de la Présidence de la République, lui, perçoit 3.176.380, soit 1.913 USD au taux du jour du 27 novembre 2019, et 1588 USD aujourd’hui. Le plus incompréhensible est de voir de tels salaires alors même que le nouveau pouvoir n’a pas créé de nouvelles ressources. Bien au contraire: à fin juin, les recettes de l’Etat ont plafonné à 1,7 milliard USD, ce qui augure, toutes choses restant égales par ailleurs, un budget d’à peine 3,4 milliards. Soit une chute vertigineuse qui nous ramène aux années d’avant 2008, sous Gizenga. La République démocratique du Congo a reculé de 12 ans …

Tino MABADA
Aristote KAJIBUANYI

Source: https://www.africanewsrdc.net/featured/les-dircab-de-fatshi-touchent-plus-que-macron/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s